espace
Titre Nozamis les chiens
Accueil > Education du chiot > La propreté du chiot

La propreté du chiot

Le chien ne "conçoit" pas la propreté de la même manière que l'être humain : instinctivement, il évite de faire ses besoins près de ses lieux de couchage et de repas, mais tout le reste relève de l'apprentissage.
Comme pour l'ensemble des processus éducatifs, l'acquisition de la propreté est plus ou moins rapide d'un animal à un autre, mais cet enseignement basé sur la répétition, implique que le propriétaire fasse preuve de patience (et dans certains cas, de beaucoup de patience !).
Jusqu'à l'âge de 10 semaines, le chiot ne peut contrôler ses sphincters et il fait ses besoins dès que l'envie se présente, donc le plus souvent à l'intérieur. Avant cet âge, le chiot n'étant pas encore protégé par la vaccination, il est en outre déconseillé de le sortir dans des lieux où d'autres chiens peuvent accéder.

Propreté du chiot, apprendre la propreté à son chiot.Tant que le chiot fait ses besoins à l'intérieur, il faut lui apprendre à ne pas faire n'importe où, en lui proposant un coin fixe pour ses déjections. Celui-ci doit être isolé mais facile d'accès, éloigné du lieux de couchage et de l'endroit où sont donnés les repas.
Du papier journal ou une litière permettent de matérialiser ce coin et facilitent le nettoyage. La présence de ce substrat peut inciter le chiot à faire ses besoins à cet endroit, mais le plus souvent, il n'y vient pas spontanément.
Pour l'y habituer, il faut essayer d'anticiper le moment où il va faire ses déjections et le déposer sur le lieu prévu à cet effet. Il existe des moments propices, car certaines activités sont presque toujours suivies de l'émission d'urines et/ou de selles : le réveil, le repas, une période d'activité intense (jeu). En outre, certains comportements annoncent que l'animal va faire ses besoins : il renifle le sol, s'agite et tourne en rond. C'est aussi le signe qu'il faut l'amener au petit coin sans tarder ! Lorsqu'il fait à l'endroit souhaité, il convient de le féliciter et de le récompenser.

Si on arrive trop tard, il ne faut en aucun cas le réprimander, lui mettre le nez dedans ou le punir : si du temps s'est écoulé depuis l'accident, le chien ne fera pas le rapprochement entre son acte et la punition. S'il est pris en flagrant délit et puni, il risque d'associer le fait de déféquer devant vous (quel que soit le lieu) et celui d'être puni. Le mieux est donc de l'ignorer et de nettoyer ensuite, mais jamais en sa présence car pour le chiot, la position à genou ou à 4 pattes est associée au jeu. Il est conseillé de désodoriser et de ne pas utiliser d'eau de javel qui peut stimuler le comportement de miction.

La méthode pour lui apprendre à faire ses besoins dehors consiste, à partir de l'âge de 8-10 semaines, à mettre en place des sorties régulières et fréquentes, toujours au même endroit. Au départ, l'idéal est de l'amener systématiquement dehors toutes les heures (en privilégiant toujours les moments propices que sont le réveil, la fin du repas, la fin d'une période de jeu) ou si il montre des signes annonciateurs (renifle le sol, etc.). Les sorties systématiques seront ensuite progressivement espacées (sans excès : pas plus de quelques heures entre deux sorties), le chiot étant plus en mesure de contrôler ses sphincters. Beaucoup de sujets apprennent assez rapidement à exprimer leur envie de sortir pour faire leurs besoins, par des gémissements, en se dirigeant vers la porte.

A l'extérieur, après avoir conduit le chiot à l'endroit où on souhaite qu'il fasse ses besoins, il faut simplement l'accompagner et ne pas le distraire. En revanche, une fois la mission accomplie, il est conseillé de continuer à le promener et de le faire jouer, afin que ces sorties soient des moments de détente.

Bien évidemment, chaque progrès dans l'apprentissage doit amener des félicitations et éventuellement de petites récompenses qui l'inciteront à recommencer : lorsqu'il fait à l'endroit souhaité, si il demande à sortir, etc. Il ne faut récompenser que les actes : ainsi, le chiot ne comprend pas qu'on le félicite parce-qu'il a pu se retenir plus longtemps qu'à l'habitude (il faut donc le sortir et ne le féliciter que lorsqu'il a fait ses besoins).

Cette stratégie des sorties fréquentes ne peut être appliquée la nuit ou lors d'absence prolongée. Pendant plusieurs mois, de telles situations seront nécessairement à l'origine d'accidents, bien que le chiot ait pris les habitudes qu'on cherchait à lui inculquer.

La propreté doit être acquise vers l'âge de 4 mois, même si des accidents restent possibles ; dans le cas contraire, il est conseillé de consulter son vétérinaire pour déterminer si cet échec est à mettre sur le compte de l'éducation ou est lié à une cause physique.

 

 



[65] en 0.68 s.
Retour haut de page