espace
Titre Nozamis les chiens
Accueil > Connaitre les chiens > Origines et domestication du chien

Origines et domestication du chien

Le chien (Canis lupus familiaris) est un mammifère carnivore appartenant à la famille des canidés, tout comme le loup, le renard, le coyote, le chacal, etc. Le chien est la seule espèce domestiquée de cette famille.

Origines du chien

Un ancêtre commun à toutes les races

Les origines du chien restent sujettes à discussions. Aujourd'hui, il est généralement admis que toutes les espèces de chiens, du chihuahua au dogue du Tibet, auraient le loup (Canis lupus) comme ancêtre commun.
Actuellement, le loup d'Inde est parfois proposé comme étant l'ancêtre direct du chien. L'hypothèse que l'espèce canine serait issue d'une unique souche de loups domestiqués dans une seule région du globe et à une seule époque permet toutefois difficilement d'expliquer les découvertes archéologiques faites dans diverses régions du monde. Les sous-espèces de loups, qui peuplaient tous les continents à l'exception de l'Océanie et de l'Antarctique, sont certainement à l'origine de groupes de races de chiens, présentant des caractéristiques communes.
Si cette théorie reste assez généralement admise, des hypothèses variées, parfois contradictoires, sont émises. Certains supposent que les chiens seraient surtout issus des loups de petit gabarit, originaires du Moyen-Orient à l'Inde, les plus grands chiens (chiens nordiques, bergers de grande taille) étant en revanche issus des grands loups d'Europe du nord. D'autres avancent que les terriers seraient des descendants du loup européen, tandis que les chiens nordiques descendraient du loup américain et les lévriers des loups indiens !
Quoiqu'il en soit, le nombre réduit de sous-espèces de loups ne peut expliquer la diversité des races de chiens. La diversification morphologique et, dans une moindre mesure, comportementale chez l'espèce canine (près de 400 races dont 350 reconnues) est surtout le résultat de la sélection réalisée par l'homme. Celle-ci est intervenue après la domestication très récente des premiers chiens, il y a "seulement" 15 000 ans environ.
Cette évolution très rapide du loup au chien n'est donc pas le résultat d'une sélection naturelle, ce qui conduit certains scientifiques à considérer que le chien n'est pas une espèce, mais simplement une sous-espèce du loup. Le fait que le chien et le loup puissent se reproduire ensemble et que leur descendance soit elle aussi fertile irait également dans ce sens.
D'autres sources remettent même en cause la descendance directe et unique et estiment que le chien pourrait descendre non seulement du loup, mais aussi du chacal. Les études génétiques et les différentes découvertes archéologiques n'ont toutefois pas confirmé cette hypothèse.

Origine des canidés

L'apparition des premiers canidés est très antérieure à celle du loup. Les premiers mammifères qui étaient des herbivores seraient apparus il y a près de 200 millions d'années de cela, les premiers carnivores, environ 100 millions d'années et les premiers canidés auraient vu le jour il y a 40 à 50 millions d'années.
Les découvertes archéologiques ont permis de mettre en évidence des animaux qui sont considérés comme des canidés primitifs et vivaient il y a environ 40 millions d'années. Là encore, les hypothèses émises ne font pas l'unanimité. Deux espèces de mammifères carnivores dont la morphologie (petite taille, museau allongé) évoque plus une civette ou un raton laveur qu'un véritable canidé sont en effet proposées comme étant les ancêtres directs de nos canidés actuels : Cynodictis qui a été retrouvé en Europe et en Amérique du nord a vécu pendant l’Eocène inférieur (de 37 à 34 millions d’années). Hesperocyon gregarius qui a vécu pendant la période ayant succédé à l'éocène, l'oligocène, n'a été retrouvé qu'en Amérique du nord qu'il aurait peuplé pendant 4 millions d'années. A la différence des canidés qui vivent au sol, ces 2 animaux étaient arboricoles ; ils avaient en revanche une dentition qui est très proche de celle des canidés.
Plus récemment, c'est à dire pendant la fin de la période du Miocène, il y a 5 à 10 millions d'années de cela, est apparu un carnivore appelé Tomarcus qui est considéré comme le premier canidé moderne.
Après cette période, La famille des canidés se serait diversifiée et les 33 à 35 espèces de canidés (selon les sources) qui peuplent aujourd'hui le globe seraient donc toutes les descendantes de cet animal. Des mouvements migratoires pas toujours bien compris ont abouti à la colonisation progressive de tous les continents exceptés l'Antarctique et l'Océanie (des canidés, les dingos, sont présents dans cette dernière région mais leur arrivée serait due à l'homme).
En l'état actuelle des connaissance, il est donc difficile de savoir si les canidés sont originaires de l'Ancien et/ou du Nouveau Monde.
Un des résultats de cette diversification des canidés est l'apparition il y a 1 à 2 millions d'années de l'ancêtre du loup. Celui du loup en Europe serait Canis etruscus, le chien étrusque. Canis lupus (le loup actuel) serait apparu vers la fin du Pléistocène inférieur, il y a environ 600 000 ans.

Débuts de la domestication

La première preuve de l'existence de chiens vivant auprès des hommes date de 12 000 ans : le squelette d'une femme, couchée près d'un chien et datant de cette époque a en effet été trouvé au Moyen Orient. Des ossements de chiens datant de 7 500 à 9 000 ans ont également été découverts en Europe du nord et en Amérique du nord dans des lieux où avaient séjournés des humains (campements et grottes).
Il est probable que les hommes possédaient déjà des chiens vers 15 000 avant Jésus Christ, mais sans que cela soit étayé par des découvertes archéologiques. En outre, les premières représentations de chiens par l'homme, sont encore plus récentes.
Les circonstances de la domestication du chien par l'homme sont également hypothétiques, mais il est très probable qu'elle a débuté par l'apprivoisement de loups et que l'apparition des chiens est le fruit de la sélection postérieure à ce début de domestication.
En effet, le mode de vie des hommes de cette époque du Paléolithique supérieur (35 000 à 10 000 ans avant JC) était souvent celui de chasseurs nomades. Leurs techniques de traque en groupe ressemblaient à celles du loup et les gibiers qu'ils chassaient étaient souvent les mêmes ; ils se trouvaient ainsi fréquemment en concurrence. En outre, le loup est tout comme l'homme un animal social qui vit en meute hiérarchisée, ce qui a probablement rendu plus facile son intégration dans un groupe où l'homme prenait la place du mâle dominant. Les humains ont probablement rapidement perçu les bénéfices qu'il pouvait retirer des aptitudes de cet animal (odorat et ouie bien supérieure, vitesse et endurance) et il est probable que les premières associations ont eu pour but d'utiliser le loup dans les activités de chasse et peut-être accessoirement pour garder le camp, voire pour s'en nourrir en cas de disette. Les premiers animaux ainsi employés étaient vraisemblablement des louveteaux qui avaient été prélevés dans la nature ou les progénitures de loups qui, escortant les groupes d'humains en profitant des déchets abandonnés, étaient suffisamment apprivoisés pour se reproduire auprès des hommes.
Après cette domestication initiale, un processus d'élevage de ces loups qui devenaient progressivement des chiens a permis de sélectionner d'autres aptitudes que celle du chasseur conduisant petit à petit à l'apparition de nombreuses races adaptées à des fonctions variés. Ainsi, avec le développement de la sédentarisation, des chiens capables de garder les habitations ou les troupeaux ont pu devenir intéressants.
Ce processus a pris plusieurs milliers d'années. au cours desquelles les chiens ont accompagnés leurs maîtres dans l'occupation de plus en plus large des terres habitables, jusque dans des régions qu'ils n'auraient pu atteindre seuls. L'évolution et la sélection ont également permis au chien de vivre dans des régions inhospitalières pour son aïeul le loup.
 



[106] en 0.74 s.
Retour haut de page