espace
Titre Nozamis les chiens
Accueil > Santé du chien > La maladie parodontale chez le chien > Origine de la maladie parodontale

Origine de la maladie parodontale

La maladie parodontale est une affection des structures de soutien des dents, le parodonte. Elle est consécutive à la formation de la plaque dentaire.

La plaque dentaire est une fine pellicule transparente qui se forme sur l’émail des dents. Cette pellicule appelée biofilm, est constituée par une substance fondamentale ou matrice macromoléculaire (protéines, saccharides) d'origine alimentaire et salivaire, colonisée par des bactéries dont la présence est normale dans la bouche. La plaque dentaire se dépose après chaque repas en 8h environ et s'étend progressivement sur la dent : le dépôt se fait initialement sur l'émail de la partie visible de la dent (région supragingivale). Si elle n'est pas éliminée régulièrement, elle s'insinue lentement entre la gencive et la dent (région sous-gingivale). De plus, une minéralisation secondaire a lieu : il s'agit d'une calcification à partir du carbonate de calcium présent dans la salive qui transforme la plaque dentaire en tartre, jaune à brun foncé. Cette minéralisation débute environ 24-48h après le dépôt de la plaque dentaire et peut à terme aboutir à la formation d'une couche épaisse sur les dents.

Les colonies bactériennes contenues dans le biofilm exercent une action pathogène sur les structures de soutien de la dent (ou parodonte) : celui-ci comprend la gencive libre et attachée, le cément, le ligament parodontal et l'os alvéolaire. La libération de toxines et d'enzymes par les bactéries est à l'origine de la maladie parodontale. Face à cette agression, des réactions immunitaires variables d'un individu à un autre se mettent en place, qui vont conditionner l'évolution de la maladie et des lésions qui se développent. C'est notamment pour cela que pour des chiens ayant un mode de vie comparable (type d'alimentation, soins bucco-dentaires réalisés), la précocité d'apparition et l'évolution de la maladie parodontale peuvent être très différentes.

Lors de l'évolution de la maladie parodontale, les premières lésions sont la gingivite (inflammation des gencives), puis se développent des lésions de parodontite (inflammation du parodonte) qui s'aggravent progressivement, jusqu'à devenir irréversibles : récession gingivale, exposition du cément, perte d'attache épithéliale et lyse de l'os alvéolaire. Aux derniers stades, la destruction complète des structures de soutien de la dent aboutit à la chute de celle-ci ; parfois, ces dents totalement désolidarisées de l'os alvéolaire, ne restent en place que parce-qu'elles sont maintenues par un épais tartre !

Glossaire, les termes pour cette page :



[239] en 0.76 s.
Retour haut de page