espace
Titre Nozamis les chiens
Accueil > Santé du chien > La castration -stérilisation

La castration du chien ou de la chienne

La castration est une procédure qui consiste en une ablation des organes reproducteurs.
Chez le chien mâle, elle est obtenue par la suppression des testicules. Chez la femelle, il peut s'agir d'une ablation des ovaires seuls (ovariectomie) ou des ovaires et de l'utérus (ovario-hystérectomie).

Indications et intérêts de la castration

Rendre inapte à la reproduction (stérilisation)

Pour les femelles, cette stérilisation assure de ne pas avoir de portée non souhaitée.

Pour les mâles et les femelles, la stérilisation est un moyen d'empêcher de se reproduire des individus présentant des maladies héréditaires que l'on souhaite voir disparaître : cryptorchidie testiculaire (un ou les deux testicules ne sont pas descendus dans les bourses et sont restés en position intra-abdominale ou dans le canal inguinal), dysplasie de la hanche, certaines tares oculaires, etc.
Cette technique est donc utilisée pour des programmes de sélection et d'amélioration de chiens de race, mais ne peut être pleinement efficace qu'à condition que la tare puisse être décelée avant l'âge de la reproduction.
La stérilisation est une obligation légale pour les chiens de première catégorie (chiens de type pitbull, boerbull, tosa). La loi indique que la délivrance au propriétaire du permis de détention est subordonnée à la production de pièces justifiant pour les chiens mâles et femelles de la première catégorie, de la stérilisation de l’animal. Cette mesure vise à faire disparaître en France les chiens de ces types.
 

Castration ou stérilisation ?

Les expressions "castration du chien" et "stérilisation du chien" sont souvent employées de manière interchangeable, même si on a souvent tendance à préférer le terme castration chez le mâle et celui de stérilisation chez la chienne. Cette utilisation est toutefois un peu incorrecte, car ces 2 termes ne sont pas tout à fait synonymes et le terme stérilisation est moins précis.
La castration consiste en effet en une suppression des gonades (les glandes sexuelles), les testicules chez le mâle et les ovaires chez la femelle, afin (notamment) de le rendre stérile ; la stérilisation consiste à supprimer la capacité de l'animal (mâle ou femelle) à procréer.
La castration provoque donc systématiquement la stérilisation, mais il existe en revanche d'autres méthodes de stérilisation que la castration :

  • - la stérilisation médicale (ou contraception) est obtenue par l'administration d'hormone ; elle est généralement réversible. Il existe de nombreux médicaments vétérinaires destinés à la contraception de la chienne, et depuis peu, un produit est également disponible pour une contraception chez le chien mâle ;
  • - la stérilisation chirurgicale consiste le plus souvent en une castration, mais d'autres méthodes sont techniquement envisageables, mais sont peu ou pas utilisées chez cette espèce : ligature ou section des trompes utérines (femelles) ou des canau déférents (mâles). Ces méthodes ne provoquent pas de diminution des hormones sexuelles qui sont sécrétées par les gonades. Elles ne risquent donc pas de favoriser la prise de poids ou d'être à l'origine d'incontinences (femelles), mais elles ne présentent pas la plupart des avantages de la castration : pas de disparition des chaleurs, pas de modification du comportement,...

Dans les publications, lorsque le terme "stérilisation" est employé sans précision, il faut pratiquement toujours comprendre "stérilisation chirurgicale par ablation des gonades" = castration.


Confort des propriétaires

La castration est le plus souvent une intervention dite de convenance.
Pour les femelles, elle permet de supprimer les désagréments des chaleurs (problèmes d'hygiène liés aux pertes, attirance des mâles) ; les chaleurs se produisent généralement 2 fois par an et durent de 10 à 15 jours.
Certaines chiennes sont également prédisposées aux pseudogestations (grossesses nerveuses) à l'issue de leurs chaleurs. Ce phénomène est généralement sans conséquence pour la santé de l'animal, mais des traitements sont généralement nécessaires pour stopper la lactation. La castration supprime également ce trouble qui est lié au cycle hormonal.

La castration peut également aider à traiter certains comportements indésirables, qui concernent plus souvent des mâles :
Elle peut avoir un effet bénéfique chez les chiens qui présentent une agressivité de dominance (que ce soit envers les hommes et/ou les autres chiens) ; cette mesure n'est toutefois pas suffisante à elle seule et doit être associée à une thérapie comportementale.
La castration peut également améliorer ou résoudre les problèmes de chiens fugueurs : en effet, un des motifs fréquents de fugue est la présence de femelles en chaleur dans les environs et la castration supprime le comportement sexuel du mâle.

Intérêt médical

Pour les mâles, l'absence de testicules supprime le risque d'affection de cet organe, tels que les tumeurs ; celles-ci sont plus fréquentes chez les chiens présentant une cryptorchidie intra-abdominale et la castration de ces chiens est donc indiquées à double titre : pour leur santé et pour éviter qu'ils se reproduisent et transmettent cette anomalie souvent héréditaire. L'hyperplasie de la prostate est une autre affection influencée par les hormones mâles (testostérone) et qui peut donc être prévenue par la castration.
La modification du comportement sexuel et hiérarchique chez le mâle castré réduit le risque qu'il se batte avec ses congénères et est donc bénéfique pour sa santé (et celle des autres chiens !)

Chez les femelles, les risques d'affections des organes reproducteurs disparaissent également avec leur ablation :

  • tumeurs ou kystes ovariens ;
  • pyomètre (infection de l'utérus avec accumulation de pus) lorsqu'une hystérectomie est pratiquée ; en fait, l'ovariectomie seule limite également très significativement le risque, car cette affection est intimement liée au cycle hormonal. Le pyomètre est également parfois provoqué par l'utilisation de traitements hormonaux destinés à prévenir ou interrompre les chaleurs chez les chiennes entières. Le recours à ces produits devient inutile chez les chiennes castrées.

La castration de la chienne est également bénéfique lors d'affections influencées par les hormones sexuelles :

  • le diabète ; les traitements à l'insuline ne permettent pas un contrôle efficace de cette maladie chez les chiennes entières, en raison d'interférences provoquées par les hormones sexuelles.
  • tumeurs mammaires : ces tumeurs sont fréquentes chez la chienne. Leur probabilité d'apparition est très significativement réduite si la castration est précoce. Elle doit intervenir avant les premières chaleurs pour un effet optimal, mais un bénéfice est toujours obtenu si l'opération a lieu avant les deuxièmes chaleurs. Au delà, le bénéfice disparaît.

Inconvénients de la castration

Les affirmations selon lesquelles le mâle a besoin d’exercer une activité sexuelle pour son épanouissement ou que la femelle doit faire une portée pour être équilibrée relèvent des idées reçues. En revanche, avant de faire pratiquer une castration de convenance, il faut être absolument certain qu'on ne souhaite pas faire reproduire son animal : l'intervention est en effet irréversible.

Les modifications hormonales liées à la castration ont des conséquences physiologiques et une prise de poids est possible car les chiens et chiennes stérilisés ont des besoins énergétiques un peu diminués. Il convient donc de surveiller le poids et d'adapter l' alimentation et/ou l'exercice du chien. Pour les chiens prédisposés à l'embonpoint, une diminution d'emblée de la ration énergétique est conseillée, soit en diminuant modérément la ration, soit en proposant un aliment allégé.

Diverses complications consécutives à la castration ont été constatées, mais leur incidence est généralement faible et le rapport bénéfice/risque reste largement en faveur de cette intervention, aussi bien chez le mâle que chez la femelle.
L'incontinence urinaire hormono-dépendante due à un dysfonctionnement vésical est la complication la plus fréquente chez les femelles. Etant liée au déséquilibre hormonal provoqué par la castration, elle peut souvent être traitée par l'administration d'hormones de substitution.

Enfin, certaines personnes estiment pour des raisons éthiques que cette opération ne devrait pas être pratiquée lorsqu'elle est uniquement de convenance : en effet, si elle n'a pas d'objectif thérapeutique, ils considèrent que cette intervention chirurgicale relève de la mutilation.

Quel est le meilleur âge pour faire castrer ?

La recommandation habituelle est de pratiquer la castration entre l'âge de 6 et 12 mois selon la taille de la race.
A ces âges là, la castration n'a plus d'incidence sur la croissance et, pour les femelles, les premières chaleurs ne se sont pas encore produites, ce qui assure un bénéfice maximum pour la prévention des tumeurs mammaires.

Glossaire, les termes pour cette page :



[89] en 2.57 s.
Retour haut de page