espace
Titre Nozamis les chiens
Accueil > Santé du chien > Le bilan de santé

Le bilan de santé du chien

Pourquoi faire un bilan de santé ?

Pour le propriétaire d'un chien, il peut sembler superflu d'amener son animal chez le vétérinaire alors qu'il le trouve en parfaite santé ; toutefois, un propriétaire, même s'il réalise un entretien régulier et se montre particulièrement attentif, n'a ni l'expérience, ni les moyens techniques du vétérinaire pour détecter certaines anomalies qui peuvent révéler une affection débutante ou subclinique (maladie dont les symptômes discrets peuvent facilement passer inaperçus). Ainsi, certains troubles oculaires peuvent être difficiles à mettre en évidence sans réaliser d'examens complémentaires - examen de l'intérieur de l'œil avec un ophtalmoscope, mesure de la pression intra-oculaire, etc. - ; de même, les affections cardiaques en début d'évolution sont souvent asymptomatiques, alors qu'une auscultation permet de les diagnostiquer.
Pour un chien apparemment en bonne santé, un bilan de routine annuel est donc conseillé. Il est généralement réalisé à l'occasion de la visite vaccinale. Cette visite est aussi l'occasion de vérifier que les traitements antiparasitaires du chien sont à jour.

Le bilan de santé du chien.

Lorsqu'une affection chronique ou évolutive a été identifiée précédemment chez un chien (insuffisance rénale chronique, diabète, troubles cardiaques, épilepsie, etc.), il peut être utile de rapprocher les consultations pour suivre l'évolution, évaluer l'efficacité des traitements et éventuellement les adapter. Le vétérinaire indique au cas par cas la fréquence souhaitable.

Les examens réalisés lors du bilan de santé peuvent varier et sont à l'appréciation du vétérinaire. Ainsi, il peut proposer des examens plus approfondis lorsque le chien est âgé. Pour un chien présumé sain il peut comporter les étapes suivantes :

Historique du chien

Le vétérinaire recueille divers renseignements sur le chien, en particulier les éléments inhabituels que le propriétaire aurait notés depuis la dernière visite. Il est important que le propriétaire signale tous les changements qu'il a pu constater, même si ils lui semblent relativement anodins : chien moins actif, "triste", qui boit plus, semble avoir moins d'appétit ou au contraire mange plus qu'avant, se fatigue ou s'essouffle plus vite, vomit un peu plus souvent, a tendance à heurter des obstacles, paraît raide quand il se lève, etc.

Poids de l'animal

En France, 30 à 40 % des chiens seraient en surpoids. La pesée permet de vérifier si le chien a un poids correct pour sa taille ; le vétérinaire peut éventuellement regarder l'évolution par rapport à la visite de l'année précédente.
La prise ou la perte de poids peuvent indiquer que l'alimentation n'est plus adaptée, mais peuvent aussi signaler certaine maladie (diabète, hypo ou hyperthyroïdie, etc.).

Température

La température normale du chien est généralement comprise entre 38 et 38,5° C. Une température augmentée peut notamment révéler un processus infectieux ; dans ce cas, la vaccination est généralement ajournée.

Examen du pelage et de la peau

Le vétérinaire vérifie la qualité du poil et inspecte la peau : des zones dépilées, des signes de dermatite (inflammation de la peau) tels que des rougeurs, une séborrhée, des squames, une masse cutanée ou mammaire, des parasites ou des indices signalant leur présence (déjections de puces, lésions interdigitées lors d'infestation par les aoûtats), sont autant d'éléments qui peuvent avoir échappé au propriétaire.

Examen des oreilles

L'inspection de routine concerne la face interne du pavillon (rougeur, excoriation, peau épaissie) et l'entrée du canal auditif (rougeur, excoriation, présence de cérumen en quantité et de consistance variables, etc.) ; en cas de signes anormaux, un examen à l'otoscope du canal auditif profond et du tympan peut être nécessaire.

Examen des yeux

Des signes anormaux tels qu'une rougeur des conjonctives, une sécrétion lacrymale modifée (larmoiement ou au contraire oeil ayant un aspect sec), la présence de sécrétions muqueuses, un aspect anormal de la cornée, un cristallin ayant perdu sa transparence, etc., peuvent être observés (voir les fiches "Ophtalmologie"). Le vétérinaire s'efforce également d'apprécier si la vision est normale.
Lorsque des signes anormaux sont constatés, des examens plus approfondis sont généralement réalisés (tels que la mesure de la production lacrymale, la recherche d'ulcère cornéen, l'examen de l'intérieur de l'œil, la mesure de la pression intraoculaire, etc.).

Examen de la bouche

Cet examen porte en particulier sur les dents, avec une appréciation de la quantité de tartre et de ses conséquences (gingivite, dents déchaussées et/ou mobiles), afin de décider si un détartrage est nécessaire. L'examen des muqueuses buccales (gencives, joues) n'est pas négligé pour rechercher d'éventuelles lésions (masse, ulcérations, etc.).

Examen des testicules

Leur taille et leur régularité sont appréciées : des tumeurs testiculaires peuvent en effet être rencontrées et sont plus fréquentes chez le chien âgé.

Palpation abdominale

Cette palpation a pour principal objectif de rechercher des signes de douleurs abdominales (l'animal se plaint ou réagit, se contracte), mais aussi la présence éventuelle d'une masse intra-abdominale, d'un organe de taille anormale (rein hypertrophié, par exemple).

Auscultations pulmonaire et cardiaque

Les auscultations pulmonaire et cardiaque permettent de rechercher des bruits anormaux (souffle cardiaque, râles respiratoires, etc.) et d'apprécier la fréquence et le rythme cardiaque.

Palpation et manipulation des articulations

Cette manipulation concerne plus particulièrement les hanches (recherche de signes d'aggravation d'une dysplasie, d'arthrose,) et les genoux (rotule qui se luxe, arthrose). La fréquence et la gravité des troubles articulaires dégénératifs augmente avec l'âge.
 

Chez le chien âgé, le vétérinaire propose souvent de réaliser une analyse de sang pour rechercher un diabète, une insuffisance rénale ou hépatique, etc.

Pour un chien souffrant d'une affection identifiée antérieurement, des examens spécifiques supplémentaires peuvent être utiles, par exemple : analyse de sang pour mesurer l'urémie chez un chien présentant une insuffisance rénale chronique, la glycémie chez un diabétique ayant un traitement à l'insuline ou la gardénalémie chez un épileptique sous traitement ; radiographie thoracique pour un chien cardiaque, etc.

Ce bilan confirme le plus souvent la bonne santé de l'animal mais ces consultations de prévention permettent aussi de détecter certaines affections avant l'apparition de signes cliniques : une prise en charge précoce est parfois un facteur déterminant du succès d'un traitement.



[88] en 0.69 s.
Retour haut de page