espace
Titre Nozamis les chiens

Principales affections oculaires du chien

Corps étranger conjonctival

Chez le chien, la présence d'un corps étranger ayant pénétré en arrière d'une paupière ou de la membrane nictitante ("troisième paupière") n'est pas exceptionnelle. Ce problème nécessite de présenter l'animal sans délai chez le vétérinaire, d'une part pour son bien être, la présence du corps étranger étant souvent douloureuse, d'autre part parce-que des lésions secondaires apparaitront si le corps étranger n'est pas extrait.

Origine

Les corps étrangers oculaires rencontrés chez le chien sont le plus souvent de fragments végétaux, en particulier des épillets. L'épillet est un élément de l'inflorescence des graminées, qui est une famille de plantes extrêmement répandues. Le chien est donc fréquemment exposé, par exemple en traversant une étendue d'herbes hautes, en été, lorsque les épis sont à maturité.
Des corps étrangers d'autre nature peuvent être rencontrés : ainsi, un fragment de griffe brisée peut être trouvé après qu'un chat a griffé le chien.
Lorsqu'un corps étranger arrive dans l'œil, il peut être éliminé par les clignements des paupières qui balayent la surface oculaire. De plus, la présence du corps étranger provoque un larmoiement qui facilite son expulsion. Cependant, le corps étranger peut aussi s'implanter et se coincer sous une paupière (dans le cul de sac conjonctival), ou sous la membrane nictitante ("troisième paupière"). Son expulsion spontanée devient alors peu probable, d'autant que, dans certains cas, il est fiché dans la conjonctive. Pour les épillets, il arrive qu'ils traversent la conjonctive et migrent dans les tissus sous-jacents, parfois à distance.

Signes cliniques

Le plus souvent, un seul œil est affecté et l'apparition des signes cliniques est soudaine.
La présence du corps étranger provoque en premier lieu une gêne et de la douleur : le chien présente un œil en partie ou totalement fermé, un larmoiement et peut se frotter la région oculaire avec la patte ou sur un support (par exemple sur un tapis).
Rapidement une inflammation locale (conjonctivite) se développe, qui se manifeste par une rougeur des conjonctives (œil rouge).
Si le corps étranger n'est pas rapidement extrait, une infection secondaire est possible et le chien présente alors un écoulement oculaire muco-purulent.
Un ulcère cornéen peut également se développer lorsque le corps étranger est situé sous la membrane nictitante, car il est alors au contact direct du globe oculaire et frotte sur sa surface. Ces ulcères sont généralement superficiels ; localement, la cornée n'est plus brillante et lisse, et une dépression est même parfois visible.
Enfin, si le corps étranger (épillet) transperce la conjonctive, d'autres symptômes sont possibles et peuvent varier en fonction de la région où il aura migré.

Diagnostic

Les symptômes liés à la présence d'un corps étranger conjonctival ne sont pas spécifiques ; des signes oculaires, tels qu'une douleur, unilatéraux et d'apparition subite par exemple au cours d'une promenade, peuvent toutefois faire suspecter qu'un corps étranger en est la cause. Quoiqu'il en soit, lorsqu'un chien est présenté en consultation pour un problème oculaire, le vétérinaire réalise un examen ophtalmologique incluant classiquement l'exploration du cul de sac conjonctival et de la région situés derrière la membrane nictitante. Cette exploration permet la plupart du temps de mettre en évidence le corps étranger.  Si l'oedème conjonctival est important, il peut toutefois être plus difficile à découvrir, car il est enfoui dans les tissus tuméfiés et n'est pas directement observable lorsqu'on écarte la paupière ou la membrane nictitante.
 

Corps étranger d'origine végétal implanté sous la membrane nictitante ("troisième paupière")

Un corps étranger d'origine végétal est mis en évidence lors de l'examen ophtalmologique chez un chien. Il est implanté sous la membrane nictitante (troisième paupière"). La rougeur conjonctivale (conjonctivite) est marquée, en particulier en périphérie du fragment végétal (Photographie: Dr Laurent Bouhanna -  www.laurentbouhanna.com).


La réalisation de l'examen de l'espace en arrière de la membrane nictitante nécessite souvent une anesthésie locale en instillant un collyre anesthésique, mais pour des animaux nerveux ou apeurés, une tranquillisation peut s'avérer nécessaire.

Traitement

La base du traitement consiste à extraire le corps étranger. Là encore, une simple anesthésie locale peut être suffisante, mais une tranquillisation peut être nécessaire.
Si le chien a été amené à la consultation précocement, les lésions dues à sa présence sont généralement minimes, et le traitement médical associé se limite le plus souvent à l'administration locale d'un collyre ou d'une pommade antibiotique et éventuellement anti-inflammatoire, pour prévenir une infection et une conjonctivite et soulager le chien.
Le traitement est sensiblement le même lorsqu'une infection s'est déclarée, mais pourra être plus long.
Un traitement approprié supplémentaire est nécessaire si le corps étranger a provoqué l'apparition d'un ulcère cornéen.
Enfin, pour les cas, heureusement rares, où un épillet a traversé la conjonctive et migré dans les tissus sous-jacents, une exploration chirurgicale peut se révéler nécessaire pour le repérer et l'extraire, et traiter les lésions associées (par exemple un abcès).

Il est à noté que certains corps étrangers pénétrant dans un œil peuvent plus rarement s'implanter dans la cornée (épine, éclat de métal ou de verre), voire même finir leur parcours dans le globe oculaire après l'avoir perforé (épine, plomb de chasse,...).
 



[158] en 0.39 s.
Retour haut de page