espace
Titre Nozamis les chiens

Affections parasitaires et fongiques

La teigne chez le chien

La teigne ou dermatophytose est une parasitose causée par la prolifération de champignons microscopiques, les dermatophytes. Cette mycose affecte la peau et ses phanères, c'est à dire les poils et les griffes chez le chien.

Plusieurs espèces de dermatophytes peuvent être responsables de la teigne chez le chien. Microsporum canis est toutefois très majoritairement rencontré puisqu'il est responsable d'environ 90 % des cas de teignes. Trichophyton mentagrophytes est à l'origine d'environ 10 % des cas. D'autres variétés sont plus occasionnellement impliquées : Microsporum persicolor (contamination par des mammifères sauvages), Microsporum gypseum (contamination depuis le sol), Trichophyton erinacei (contamination par des hérissons), etc.

Très contagieuse, la transmission peut se faire directement d'un animal à un autre (chien à chien, mais aussi chat à chien, par exemple), ou indirectement : matériel de toilettage, lieu de couchage, spores dans le sol, etc. Une contamination par le champignon n'est pas toujours suivie du développement de lésions de teigne et certains animaux peuvent être porteurs sains ; ils sont également susceptibles de disséminer ou de transmettre le champignon. Les chiots âgés de moins d'un an sont plus réceptifs et sont donc prédisposés à développer une forme clinique lors de contamination.

Les expressions cliniques de la teigne sont variées chez le chien.
La forme classique rencontrée avec Microsporum canis consiste en des dépilations circulaires de quelques centimètres de diamètre. En plus de la chute des poils, la peau au niveau des lésions présente une rougeur (érythème), généralement plus marquée en périphérie et elles sont couvertes de squames très fines, leur donnant un aspect poussiéreux.
Ces lésions sont facilement observables chez les chiens à poil court, mais il est souvent nécessaire de réaliser un examen à rebrousse-poils pour les mettre en évidence chez les animaux à pelage épais ou long.
Ces dépilations sont habituellement plus nombreuses au niveau des régions dorsale et antérieure.
Cette forme clinique de teigne n'entraîne presque jamais de prurit chez le chien ou bien celui-ci est de faible intensité.

Le kérion est une autre forme clinique relativement fréquente de la teigne canine : cette lésion généralement isolée, souvent localisée à la tête (chanfrein, pourtour des lèvres) est due dans la plupart des cas à Trichophyton mentagrophytes. Elle résulte d'une folliculite (inflammation suppurée des follicules pilo-sébacés) localisée. Le kérion de forme ronde ou ovale, est surélevé par rapport à la peau saine environnante. La peau dépilée et tuméfiée apparaît rouge vif. Un suintement est également observé, en raison de la libération de pus par les petites pustules que constituent les follicules pileux infectés. En séchant, ce pus tend à former une croûte. Cette forme de teigne peut être accompagnée d'un prurit modéré entraînant un comportement de grattage et l'apparition de lésions secondaires.

La durée d'évolution des lésions de teigne diffuse, avant la repousse du poil, est d'environ 2 à 3 mois ; cela ne signifie pas que l'animal est alors guéri, puisque le champignon reste présent sur et dans la peau et d'autres lésions vont continuer à apparaître. La guérison des kérions intervient généralement plus rapidement, en 2 semaines environ.

D'autres formes cliniques, moins caractéristiques, peuvent survenir, mais sont nettement plus rares : alopécies diffuses (sans lésions circulaires bien circonscrites) pouvant impliquer toutes les régions du corps, atteinte des griffes ou inflammation de leur pourtour (onyxis et périonyxis), alopécie croûteuse localisée à la tête, etc.

L'aspect des lésions décrites précédemment est toutefois le plus souvent évocateur et permet au vétérinaire d'établir un diagnostic clinique, qu'il essaiera généralement de confirmer par un des examens complémentaires suivant :

  • examen à la lampe de Wood : exposée à la lumière ultraviolette de cette lampe, les zones infestées par Microsporum canis peuvent émettre une fluorescence révélatrice. Celle-ci n'est toutefois observée que chez environ 70 % des chiens contaminés par ce germe (on dit que la sensibilité de cet examen est de 70 %) et ne se produit pas avec les autres dermatophytes à l'origine de teignes chez le chien. Un test négatif ne permet donc pas d'exclure que l'animal est atteint ;
  • examen direct de prélèvements de poils et squames : le vétérinaire prélève des poils bordant les lésions et/ou des squames et recherche au microscope des spores du champignon de la teigne. Leur mise en évidence permet un diagnostic de certitude.
    Lorsqu'ils sont concluants, ces 2 premiers examens présentent l'intérêt de pouvoir établir le diagnostic dès la consultation ;
  • biopsie cutanée : cet examen consiste à prélever un ou des fragments de quelques mm de peau au centre d'une ou plusieurs lésions afin de rechercher le champignon (en particulier des mycéliums) dans les follicules pileux. Cette recherche nécessite une préparation et une coloration de l'échantillon et le résultat n'est donc pas immédiat. La biopsie cutanée a une sensibilité de 80 % environ ;
  • culture du germe : des poils prélevés à la périphérie des lésions ou des squames permettent d'ensemencer un milieu de culture adapté. En cas de teigne, le champignon peut alors se multiplier et sa présence devient visible sur ce milieu de culture. Un examen au microscope permet en outre d'identifier précisément le germe en cause. Cet examen nécessite plusieurs jours avant de pouvoir obtenir le résultat.

Le traitement de la teigne repose sur l'administration de produits antifongiques, par voie externe et/ou interne (ou systémique).
Pour les traitements externes, des molécules de la famille de l'imidazole, telles que l'énilconazole ou le miconazole sont employées. Le traitement peut être local, lors de lésions isolées, bien circonscrites, avec l'application d'un lait, d'une crème ou la pulvérisation d'une émulsion, ou concerner la totalité du corps, sous forme de bain, de lotions ou de pulvérisations. Ces traitements externes durent plusieurs semaines.
Pour les traitements internes, par voie orale, 2 molécules sont utilisées, la griséofulvine ou le kétoconazole. La durée du traitement est de quelques semaines à plusieurs mois, selon la forme clinique de la teigne.

Pour être totalement efficace, la prise en charge de la teigne doit également empêcher la recontamination de l'animal traité ; si d'autres animaux (chiens, chats) sont présents dans le foyer, le vétérinaire préconisera donc généralement de les traiter également, car ils peuvent constituer un réservoir pour le germe, même s'ils ne présentent pas de signes cliniques. De même, la désinfection du matériel de toilettage (par exemple à l'eau de Javel ou avec l'émulsion antifongique utilisée pour les traitements externes) et éventuellement de la litière de couchage (couvertures, coussins) ne doit pas être négligée.
Dans des effectifs (élevage, chenil), l'éradication de la teigne lors d'épidémie est généralement très difficile sans une désinfection de l'environnement, car les spores de ces champignons peuvent persister pendant près d'un an.

Les dermatophytes du chien (en particulier M. canis) peuvent être transmis à l'homme lors de contacts avec les animaux et une expression clinique est possible, appelée herpes circiné. Les lésions se présentent sous la forme de tâches rouges bien délimitées ; elles sont principalement localisées à la peau nue des bras et du tronc, d'où une autre appelation, dermatophytie de la peau glabre, car contrairement à d'autres teignes de l'homme, il n'y a pas de d'atteinte du cuir chevelu ou de la barbe.
 

Glossaire, les termes pour cette page :



[123] en 0.41 s.
Retour haut de page