espace
Titre Nozamis les chiens

Affections parasitaires et fongiques

Tiques (signes cliniques cutanés)

En France, 3 espèces de tiques peuvent parasiter le chien : Dermacentor reticulatus ("tique des prairies"), Ixodes ricinus ("tique des bois"), Rhipicephalus sanguineus ("tique des chenils").

La taille des adultes varie de 5 à 10 mm lorsqu'ils sont à jeun et peut atteindre 30 mm pour les femelles qui se sont gorgées de sang. Pour les larves, elle est comprise entre 0,5 et 1 mm.

Chacune de ces 3 espèces a un cycle parasitaire qui lui est spécifique et fait intervenir plusieurs hôtes ; toutes sont des parasites intermittents (les différents stades vivent en alternance sur un hôte et dans le milieu extérieur) :
- les adultes de Dermacentor réticulatus sont des parasites du chien, tandis que les larves et les nymphes rechercheront des rongeurs pour se nourrir ;
- pour Ixodes ricinus, le chien est un hôte occasionnel de la forme adulte ;
- les 3 stades de Rhipicephalus sanguineus peuvent prendre le chien comme hôte. Le cycle complet peut donc se dérouler dans un chenil.

La durée de ces cycles est extrêmement variable (2 mois à 4 ans) et dépend de la réunion de conditions favorables (température, humidité, passage d'hôtes à parasiter) à chacun des stades de développement.

L'importance des infestations par les tiques est surtout liée aux autres maladies parasitaires qu'elles peuvent véhiculer : piroplasmose, ehrlichiose, maladie de Lyme. La piqûre de tiques peut aussi provoquer parfois une paralysie transitoire et une infestation très importante peut être la cause d'une anémie.
En ce qui concerne les répercussions cutanées, elles sont généralement modérées : la fixation de la tique dans la peau et sa piqûre peuvent être prurigineuses et des lésions locales de grattage peuvent survenir (érythème, excoriation, croûtes). En outre, une réaction locale inflammatoire avec formation d'un nodule ou une infection peuvent également se produire, en particulier si les pièces buccales restent insérée dans la peau lors d'arrachage incomplet de la tique.

Une inspection attentive du chien permet assez aisément au propriétaire de déceler la présence de tiques ; cette observation est toutefois plus difficile chez les animaux à pelage épais ou long. Les tiques se fixent préférentiellement sur les régions à peau fine (oreilles, face inférieure de la queue, mamelles, etc.), mais la recherche ne doit pas négliger les autres surfaces cutanées.
L'élimination des tiques est également un geste simple qui peut être réalisé par le propriétaire, mais doit être effectuée de manière rigoureuse : si elle est déjà fixée, il est souhaitable d'utiliser un dispositif spécifique, du type crochet à tique, car l'arrachage manuel est souvent incomplet et la pression sur le corps de la tique peut favoriser l'inoculation d'agents pathogènes. De même, une anesthésie à l'éther ou à l'alcool augmente également le risque de transmission.
En cas de doute – présence de lésions au point de fixation (nodule, pus, etc.), retrait incomplet, tique déjà gorgée probablement fixée depuis plusieurs jours et ayant pu transmettre une maladie), l'avis d'un vétérinaire peut être préférable.
 

Glossaire, les termes pour cette page :



[120] en 0.4 s.
Retour haut de page